L’appel à cotisations 2021

Certaines et certains d’entre vous n’ont pas attendu l’appel à cotisation lancé chaque début d’année pour renouveler votre engagement. Au 1er décembre, vous étiez déjà 14 !

Malgré l’actualité, le CRÉLOC reste prudent et concentré sur l’objectif : la réouverture complète ! La mobilisation de toutes et tous est encore nécessaire !!!

Alors, pour celles et ceux qui n’auraient pas (encore) ré-adhéré, n’hésitez pas à télécharger le bulletin d’adhésion de l’année 2021

Et si, parmi vos connaissances, certaines veulent adhérer, n’hésitez pas à leur signaler la page ou à leur transmettre directement le bulletin.

Quoi qu’il en soit, soyez toutes etous remerciés pour votre soutien !

Le Conseil d’Administration du CRÉLOC

Hommage à André

Nous l’avons appris ce dimanche 7 mars 2021 : André Cazetien nous a quitté.

Il est parti, dans son sommeil. À 97 ans, André était l’un de nos plus anciens adhérents, à tous les sens du terme « ancien ».

Il avait tenu à assister, le 26 juin 2016, au retour du train en Aspe.

Il était encore là le 1er juillet 2016, pour l’inauguration officielle. Et le Président de la Région Aquitaine avait accepté qu’André lise à l’assemblée l’un des poèmes dont il avait le secret et qui disait mieux que de longs discours ce qu’il voulait transmettre. Nous vous le proposons à nouveau (en cliquant ici).

À notre ami André, à ce militant du Canfranc, d’un « optimisme constant et raisonné » – comme l’a écrit le président du CRÉLOC à son épouse –, nous disons « Adischatz! »

À Marie, son épouse, à ses enfants Robert et René, à tous ses parents et amis, nous les assurons de toute notre sympathie en ce moment si douloureux.

Réactions à l’étude de convergence

Nos deux associations ont décidé de réagir ensemble aux premières informations de l’étude de convergence qui ont été diffusées dès la fin du mois de novembre… en Espagne.

Nous avons donc rédigé une déclaration commune que nous avons envoyé à la presse, française et espagnole, ce 22 février 2021.

Pour en prendre connaissance, trois possibilités : accéder à la version française, à la version espagnole, ou aux deux !

Clin d’œil ? Superstition ? L’information, dans la presse locale (La République des Pyrénées et Sud Ouest), a été publiée à la page 13 de leur édition de ce 23 février 2021 !

 

Canfranc et les chemins de Compostelle

La chaîne RMC Découverte a diffusé, le 20 janvier dernier, un documentaire réalisé par Mme Marie Perrin.

Il est consacré aux monuments remarquables qui jalonnent les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (Le Puy-en-Velay, Cognac,…). Parmi lesquels, la gare de Canfranc !

Si la question de la réouverture de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse n’est pas abordée – ce n’était pas le sujet –, les images de la gare en chantier sont légion. M. José Luis Soro, le « ministre du Canfranc » du gouvernement aragonais y définit les enjeux patrimoniaux. Et Régine Péhau-Gerbet y apporte ses (immenses) connaissances historiques sur la construction de la ligne et de la gare au début du XXe siècle.

Le CRÉLOC et Mémoire d’Aspe ont apporté leurs contributions (informations et images) et en sont remerciés.

Si vous manquez de temps, la gare de Canfranc est présentée à 1 h 01. Mais si vous aimez l’histoire et les vieilles pierres, prenez votre temps !

Railcoop à Envoyé spécial

Ce jeudi 14 janvier 2021, le magazine de France 3, Envoyé spécial, a consacré un reportage fort sympathique, « Le train de leur rêve », à la coopérative Railcoop, dont nous vous avons déjà parlé.

Si vous l’avez manqué, pas de regrets, il est toujours possible de le visionner en cliquant ici !

Attention, les chiffres de sociétaires annoncés sont anciens ! Pour connaître les derniers chiffres, consultez la page d’accueil de Railcoop : ils s’affichent !!!

La CREFCO s’interroge…

Nos amis de la CREFCO ont fait part, dans une note à la presse, voici quelques jours, de leurs interrogations quant au niveau d’engagement du gouvernement central quant aux travaux à venir sur la ligne Huesca-Canfranc.

En effet, dans le projet de budget général du gouvernement espagnol de M. Pedro Sanchez, un chapitre est dédié à l’ADIF, l’équivalent de notre SNCF-Réseau. Y apparaissent les sommes qui devraient être engagées dans les années à venir pour la mise à niveau d’une ligne qui a souffert, pendant très (trop ?) longtemps d’un manque d’entretien et d’investissements manifeste. Pour en savoir plus sur les travaux prévus, vous pourrez consulter l’article publié sur ce site.

Ce qui interroge nos amis de la  CREFCO, ce sont tout à la fois la faiblesse des sommes engagées et le délai annoncé pour la réalisation de tous ces travaux.

Si, comme l’a encore rappelé M. Soro le 23 novembre dernier, nos amis aragonais envisagent la réouverture de la ligne Zaragoza-Canfranc-Pau en 2025, il y a un décalage entre cette anonce et les moyens mis en œuvre pour y arriver.

À suivre…

Où en sont les investissements espagnols ?

Alors que la presse française est généralement très discrète sur la réouverture de Pau Zaragoza, la presse espagnole est beaucoup plus abondante et accompagne très régulièrement le projet par ses articles. De plus, les réseaux sociaux espagnols sont également très présents dans les discussions relatives au « Canfranc ». Il en résulte un nombre important d’informations qu’il n’est pas toujours aisé de maîtriser du coté Nord des Pyrénées : parmi celles-ci, celles relatives aux financements des travaux ferroviaires entre Huesca et Canfranc. Il nous est apparu utile de faire un point le plus simple possible sur ces projets d’investissements espagnols sur ce tronçon, où, à l’évidence, se pose la question de l’adéquation entre les sommes budgétées et la finalisation des travaux si on s’accorde sur une véritable adaptation de la ligne à une exploitation à haut rendement.

Électrifié, avec 2 voies (l’une à écartement ibérique, l’autre à écartement standard européen), le tronçon Zaragoza-Huesca de 83 km n’appellera pas d’investissements lourds, hormis les raccordements aux plateformes multimodales (nous avons déjà parlé de l’une d’entre elles, PLAZA, dans la Lettre d’automne 2019).

En revanche, le tronçon Huesca-Canfranc, de 135 km en voie unique, nécessitera des travaux lourds de voie, d’ouvrages d’art et de signalisation, dans un premier temps. La question de l’électrification n’est pas tranchée. Le projet de dotations budgétaires au nom de l’ADIF s’élève à 146 M€ pour la période de 2014 à 2025.

Pour faire simple et synthétique, où en est-on, tronçon par tronçon, du Sud vers le Nord ?

  • Huesca-Plasencia del Monte : 8 km de voie ont été renouvelés pour 2 M€ en 2015 ;

  • Plasencia del Monte-Ayerbe : 20 km de voie seront renouvelés pour 7 M€ de mi-2021 à mi-2022 (voir « La CREFCO s’interroge ») ;

  • Ayerbe-Caldearenas : 38 km de voie seront renouvelés pour 12 M€ en 2022 ;

  • Caldearenas-Jaca : 37 km de voie ont été renouvelés pour 13 M€ en 2008/2009 ;

  • Jaca-Canfranc : 25 km de voie seront renouvelés pour 15 M€ en 2023 ;

  • 26 M€ sont inscrits pour 2024, sans affectation de nature et de localisation.

Le montant des travaux prévus pour la période 2021/2024 s’élève à 60 M€. Ceci appelle deux questions :

  • par rapport aux 146 M€ projetés, quid des 146 – 60 = 86 M€ non affectés ? ;

  • ces 86 M€ serviront-ils à financer les travaux de mises au gabarit des ouvrages d’art, aux confortements des terrassements, aux travaux hydrauliques, à la signalisation, à l’électrification ???

Au lieu de nous lamenter devant la bouteille à moitié vide, réjouissons-nous de la bouteille à moitié pleine. L’Espagne affiche sa volonté de rouvrir Zaragoza-Pau en remettant en bon état la voie ferrée sur tout son parcours de montagne, à l’horizon 2024. Un tel engagement de la France quant à la nature des travaux et à leur échéance nous mettrait du baume au cœur pour le tronçon Bedous-Canfranc.

François Rebillard

Les travaux de Canfranc ont leur site Internet

Voilà longtemps déjà que les travaux de la gare de Canfranc ont commencé.

Interrompus par la crise de la fin des années 2000, ils ont repris force et vigueur depuis deux ans.

Le gouvernement autonome d’Aragon (la DGA) a présenté, ce 26 décembre 2020, un nouveau site Internet dédié aux différentes phases de ces travaux : www.estaciondecanfranc.es.

Une belle mine d’informations et d’images sur la magnifique gare de Canfranc et les travaux de la nouvelle plate-forme ferroviaire… À voir !!!

Petit bémol, cependant : pour l’instant, textes et sons sont en espagnol.

La 1re bougie de Railcoop

Nous vous avions annoncé que le CRÉLOC avait acquis – pour le symbole ! – une part sociale de la coopérative ferroviaire qui veut relancer le Bordeaux-Lyon, qui a vu le jour à la fin de l’année 2019.

Ce 12 décembre 2020, Railcoop a fêté à sa manière son première bougie. À sa manière ?

Ses dirigeants et sociétaires les plus engagés ont concocté un programme riche et aussi varié que les préoccupations des sociétaires de Railcoop.

Vous pouvez, d’ores et déjà, visionner les deux plénières qui ont rassemblées – notamment – le ministre des Transports, M. Jean-Baptiste Djebbary, la présidente de la Commission Transports et Tourisme du Parlement européen, Mme Karima Delli, pour les plus « célèbres ».

Le CRÉLOC était invité à participer activement à cette journée, en tant que sociétaire ET association. L’occasion pour nous de présenter l’objet de tous nos soins quotidiens (ou presque !) : la réouverture du Canfranc. Ce projet de relance d’une ligne ferroviaire – un peu singulier parce que transfrontalier – a été évoqué dans l’un des ateliers de l’après-midi. Pour l’instant, ces ateliers ne sont pas encore visionnables. Dès que cela sera possible, nous vous en informerons.

Nous garderons de cette journée un sentiment de l’impérieuse nécessité de voir le rail (voyageurs et fret) retrouver des couleurs, quelles que soient les caractéristiques de la ligne considérée.

À suivre…

Les TER aussi sont confinés

Nous l’avons appris en fin de semaine dernière : l’offre des TER va être réduite en cette nouvelle période de confinement.

Nous sommes, au CRÉLOC, un peu surpris, puisque la Région avait demandé le maintien des circulations, notamment parce que les conditions de ce nouveau confinement sont radicalement différentes de celui du printemps. Les écoles, collèges et lycées sont restés ouverts, cette fois, et les Français sont appelés à travailler « normalement » lorsqu’ils peuvent.

Il va de soi que cette annonce ne nous fait pas spécialement plaisir, au CRÉLOC.

Mais nous devons relever que, cette fois, l’information circule bien mieux et par anticipation.

Les fiches horaires « adaptées » qui ont été diffusées :

À suivre…

Le Comité de lignes Béarn du 3 novembre 2020

Le 3 novembre 2020, c'est par visio-conférence que s'est tenu l'édition 2020 du Comité de ligne Béarn, pour cause de pandémie.

Cela a obligé tout le monde à s'adapter, et cela a notablement modifié le rythme de la réunion. Pas question de poser les questions en direct ; il fallait s'inscrire et la Région choisissait les questions retenues qui auraient réponse en direct. Pas très satisfaisant, bien sûr !

La Région Nouvelle-Aquitaine vous permet de revoir la conférence et d'accéder à quelques documents qui nous ont été présentés. Si vous voulez y accéder, c'est ICI !

La presse a, bien entendu, commenté cette réunion, que ce soit La République des Pyrénées, Sud Ouest ou le site d'information aqui.fr.

Ce même site aqui.fr donne la parole au vice-président de la Région en charge des transports, M. Renaud Lagrave.

Le CRÉLOC publiera, dans quelques jours ses remarques et commentaires à propos de cette réunion.

Le CRÉLOC est devenu sociétaire

Le printemps, même confiné, n’a pas empêché les projets ferroviaires de toutes natures de fleurir.
Ainsi, nous avons appris qu’une société coopérative – Railcoop ! – voyait le jour pour relancer les circulations ferroviaires fret et voyageurs entre Bordeaux et Lyon à l’horizon 2022.

De nombreuses associations – comme le CRÉLOC – ont été sollicitées, directement ou pas, pour participer à l’aventure.
Et, comme le président Alain Cazenave-Piarrot l’a indiqué dans son rapport moral, le 10 octobre dernier, le Conseil d’Administration du CRÉLOC a décidé, dans sa réunion du 9 juillet 2020 de prendre une part sociale, pour la somme de 100 €. Participation symbolique, bien sûr, mais qui dit assez notre intérêt pour des initiatives de ce type.

L’acquisition de la part sociale a été finalisée le 15 septembre 2020.
Pour en savoir plus sur cette coopérative et son projet, un seul clic sur le logo ci-dessous !

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ce dossier emblématique.