PAU-CANFRANC OU PAU-CANFRANC-SARAGOSSE ?

Dans son édition du 9 février 2024, le journal «La République des Pyrénées» a publié une tribune de presse du Président du CRÉLOC.

Cet article est réservé aux abonnés, mais en voici l’intégralité.

 

PAU-CANFRANC OU PAU-CANFRANC-SARAGOSSE ?

Il existe plusieurs manières de désigner la ligne ferroviaire qui partant de Pau rejoint Canfranc, à travers la vallée d’Aspe et un tunnel sous Somport, avant de rejoindre Saragosse.

On emploie souvent l’expression « La Pau-Canfranc », côté béarnais, « El Canfranc » côté aragonais.

Le CRELOC et la CREFCO qui militent en faveur de la réouverture des 33 km encore fermés entre Bedous et Canfranc et aussi de la modernisation de tout le tracé entre Pau et Saragosse, entendent désigner correctement un tel axe ferroviaire par « Pau – Canfranc- Saragosse », bien différent des autres dénominations.

La 1re différence est de taille ! C’est bien de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse dont il est question, et non pas de la ligne Pau-Canfranc. Pourquoi ? Parce que, depuis 2011, la ligne Pau-Saragosse – axe de 311 km –  est inscrite au Schéma Trans Européen des Transports (TNE-T) et non pas Pau-Canfranc ou Bedous-Canfranc

La 2e différence est induite par la 1re. En 2017, le 1er dossier des études préalables à la réouverture a été cofinancé à hauteur de 50% par l’Union européenne (UE). Pour mémoire, les travaux de remise en service du tronçon Oloron-Bedous furent pris en charge par le seul Conseil Régional d’Aquitaine, étape cruciale qui permettra d’amorcer la réouverture complète de Pau à Saragosse.

La 3e différence découle encore de la précédente. L’UE va participer au financement des travaux de réouverture de la ligne et à ses équipements aux standards européens. Les travaux de la nouvelle gare Voyageurs de Canfranc -inaugurée le 15 avril 2021- a été co-financée à hauteur de 30 % par l’UE.

La 4e différence est que l’ensemble de l’axe ferroviaire sera à l’écartement standard UIC (1 435 mm). Plus de rupture de charge à supporter donc. Ce qui constituera un gain de temps non négligeable, pour les voyageurs comme pour les convois de marchandises.

La 5e différence est que la capacité de circulation sur toute la ligne va être singulièrement augmentée. Les aménagements de voies d’évitement, tant côté français que côté espagnol, permettront de faire circuler davantage de trains avec des possibilités accrues de croisements. De nos jours, Saragosse est une grande ville industrielle dotée de la 1re plate-forme logistique d’Espagne. L’axe ferroviaire Pau-Canfranc- Saragosse constitue un atout majeur pour les acteurs économiques.

La 6e différence réside dans la gestion des circulations à venir de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse. Elle sera gérée selon le standard européen  ERTMS (European Rail Trafic management System) qui garantit souplesse et sécurité. Canfranc pourrait accueillir un tel centre de gestion.

Enfin, la 7e différence, tient au mode de traction. Lors de son inauguration en 1928, la ligne Pau-Canfranc était l’une des premières en France à être électrifiée. Cela fut rendu possible par l’équipement de la vallée d’Aspe avec un système de Barrages et de centrales hydro-électriques. Ce fut un atout majeur pour une ligne qui doit franchir en haute vallée d’Aspe un « point dur » de 7 km de pentes à 4 ,3%, heureusement réparties en plusieurs segments. Seule la puissance qu’autorise la traction électrique a permis, dès 1928, de tracter des trains de 600 tonnes. De nos jours, les nouvelles locomotives et les nouvelles caténaires autorisent le passage de convois de 1000 tonnes, tout en décarbonant les transports à travers les milieux montagnards particulièrement fragiles des hautes vallées d’Aspe et d’Aragon.

Pour le Bureau du CRELOC,

Alain Cazenave-Piarrot Président

 

 

Travaux en cours à Bedous

Travaux sur la ligne entre Oloron et Bedous

Mi septembre, des travaux ont débuté sur la ligne.
Afin de supprimer le ralentissement à 10 kmh mis en place en décembre 2021, la falaise située entre la tête sud du tunnel de l'Araou et le PN 59 va être purgée et sécurisée.

L'opération devrait durer cinq mois.

Depuis le 2 octobre et jusqu’à la fin de l’année, les circulations des trains entre Oloron et Bedous sont interrompues en semaine, entre 8h30 et 14h30, . Le trajet se fait autobus. Le service est normal les samedis, dimanches et jours fériés. (il vaut quand même mieux se renseigner juste avant... au cas où.)

Voici quelques images du chantier au 14 octobre 2023

Date de l’Assemblée Générale du CRÉLOC 2023

Notre Assemblée Générale Ordinaire 2023 aura lieu le

SAMEDI 14 octobre 2023, à 11 heures.

Salle de la Mairie. 64490 Bedous.

 

L’ordre du jour est le suivant:
▪ Rapport moral et vote du quitus
▪ Rapport d’activités
▪ Rapport financier et vote du quitus
▪ Election des membres du Conseil d’Administration (à renouveler entiérement)
▪ Questions diverses

Un repas est ensuite prévu à 13h00, au restaurant Le Mayabor.
Les inscriptions (nom + n° téléphone) se font OBLIGATOIREMENT par courriel auprès du trésorier du CRÉLOC tresorier@le-creloc.com , avant le 9 octobre 2023.

Pour ceux d’entre vous qui soutaitent arriver en train, voici les horaires :
Aller: Pau 9H16 > Bedous 10H26
Retour: Bedous 14H35 > Pau 15H49 ou Bedous 16H01 > Pau 17H14

Au plaisir de vous compter parmi nous le 14 octobre !

Date de l’Assemblée Générale du CRÉLOC 2022

Notre assemblée Générale Ordinaire 2022 aura lieu le

SAMEDI 15 octobre, à 11 heures.

Salle de la Mairie. 64490 Bedous.

Ordre du jour :

▪ Rapport moral

▪ Rapport d’activités

▪ Rapport financier

▪ Appel à candidature pour de nouveaux membres au Conseil d’Administration

▪ Questions diverses

* * * * * * * *

Sauf évolution de la situation, les règles sanitaires applicables seront les suivantes :

▪ fenêtres ouvertes

▪ port du masque à votre convenance

* * * * * * * *

Un repas est ensuite prévu à 13h00, au restaurant Transhumance & cie ( gare de Bedous).

Les inscriptions (nom + n° téléphone) se font OBLIGATOIREMENT par courriel auprès du trésorier du CRÉLOC tresorier@le-creloc.com avant le 8 octobre 2022.

Travaux de confortement d’un talus à Sarrance

Comme tout le réseau ferroviaire français, l’état de la ligne entre Pau et Bedous fait l’objet d’une surveillance de la part de SNCF Réseau. Mais ici, l’inspection est double, car des membres du CRÉLOC sont également aux aguets, prêts à signaler la moindre perturbation.

C’est ainsi que nous avions remarqué que, à 300 mètres au Sud de la halte de Sarrance, un talus commençait à s’affaisser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un premier temps, des plots de nivellement ont été implantés, afin de permettre aux géomètres, d’effectuer un relevé de nivellement quotidien, qui permettra ensuite de dire rapidement s’il faut injecter le talus ou non.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 19 février 2021, un arrêté municipal a été publié afin d’autoriser l’entreprise effectuant les travaux, à installer une base de vie sur la voie publique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chantier a pu alors débuter par l’installation d’un escalier d’accès,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

puis s’est poursuivi par le nettoyage des fossés et ouvrages hydrauliques.

 

 

Actuellement, une partie du flanc de talus a été recouvert d’une toile de géotextile, fortement épinglée au sol, qui sera ensuite végétalisée.

Dans 3 semaines, des parois berlinoises seront descendues ( dans la zone à droite de la photo ) pour consolider la plateforme ferroviaire; durée des travaux: 2 semaines.

(les parois berlinoises sont des profilés métalliques enfoncés verticalement dans le sol pour constituer un blindage s’opposant aux poussées des sols)

… à suivre

Assemblée générale 2020 – suite

En ce 10 octobre 2020, c’est une ambiance automnale qui a accueilli en gare de Bedous les adhérents du CRÉLOC qui ont participé à notre AG (photo François Rebillard)

Après que chaque participant ait émargé la liste à disposition, l’Assemblée générale a débuté par la lecture du mot que nous a transmis – via son voisin, Noël – Marie, l’épouse d’André Cazetien, l’un des plus anciens et fervent défenseur du Canfranc. Le voici :

« Je viens au nom de mon mari André CAZETIEN excuser son absence à votre A.G du samedi 10 octobre 2020 pour raisons de santé. Après une longue hospitalisation (fracture du bras gauche) et des complications, il a été admis à la maison de retraite de Mourenx. Je lui ai apporté avant-hier votre important bulletin de liaison qu’il a feuilleté car il n’y voit plus guère à 97 ans. Je lui lirai des passages au fur et à mesure des visites très limitées en raison du Covid.
Il me charge de vous féliciter pour votre gros travail et de vous encourager pour continuer votre combat. Il va mieux mais a du mal à retrouver sa pleine forme.
En attendant, je me joins à lui pour vous envoyer notre plus amical souvenir. »
Marie et André Cazetien

 

La réunion s’est tenue dans une des salles du château Fénart, où, comme vous pouvez le constater, les contraintes sanitaires ont été respectées (photo Irek Tobor)

 

 

 

Le lieu de réunion a permis aux participants d’assister au passage du TER Bedous-Pau de 12 h 31 qui sortait de la brume (photo François Rebillard)

 

 

 

Maintenance de la ligne entre Pau et Bedous

Quatre ans après la reprise des circulations entre Oloron et Bedous, le trafic n’a pas consolidé tous ses objectifs.

Il est vrai que de nombreux mouvements sociaux, dont ceux de décembre 2019/janvier 2020, et la crise sanitaire de la Covid 19, n’ont pas favorisé un flux croissant de voyageurs, même si les vacances, surtout celles d’été, garantissent une fréquentation touristique indéniable.

Il n’en demeure pas moins qu’au plan commercial, Oloron–Bedous dispose d’une marge de progression certaine. Peut mieux faire, pourrait-on ainsi sermonner l’exploitant !

Pourtant, au plan technique, la ligne entre Pau et Bedous n’est en rien négligée, comme le prouvent les trains de SNCF–Infra encore récemment engagés.

Durant le mois de juin 2020, nous avons ainsi aperçu :

a/ un convoi de 10 wagons-trémies transportant du ballast et encadrés par 2 BB 69000.

Ces locomotives diésel datent des années 1960. Elles ont été transformées au début des années 2000, essentiellement pour les besoins de l’Infra SNCF, pour l’ entretien de la voie.

 

 

 

b/ un train désherbeur, circulant à une vitesse de 25 km/h de moyenne, et qui ce jour là était composé :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de 2 BB 69000,

 

 

 

 

 

 

 

 

d’un wagon-désherbeur, avec sa cabine, ses buses latérales et orientables pour asperger la voie et ses abords, et ses lances manuelles pour épandre au plus loin

 

 

 

 

 

 

et d’une citerne de produit désherbant (58 m3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c/ l’automoteur UFM160, propriété de la filiale de la SNCF Eurailscout. Derrière ce nom ésotérique,  se cache tout simplement une machine chargée de vérifier la géométrie de la voie (écartement des rails, dévers/inclinaison, …). Pour les initiés, c’est un Mauzin nouvelle génération.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous ces travaux avaient ils pour but de préparer le terrain ?

Jusqu’à présent, les autorails 73500 Pau-Bedous circulaient majoritairement avec le pelliculage des anciennes régions du Limousin et de Charente Poitou.

Depuis juillet, les premiers 73500 avec la livrée de la Région Nouvelle Aquitaine circulent sur notre ligne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espérons que la qualité de la ligne sera un atout supplémentaire pour que la clientèle monte en nombre à bord du TER BÉARN !

Rassemblement « 50 ans + 1 jour: le jour d’après »

Rassemblement CRELOC/ CREFCO reporté

Prévu le samedi 28 mars, en gare de Bedous, le rassemblement organisé par le CRELOC  et son homologue aragonaise la CREFCO, pour marquer le 50ème anniversaire de l’accident du pont de l’Estanguet, est reporté à une date ultérieure, en raison du coronavirus.

Nous conservons le planning ci-dessous qui pourra servir dans un avenir que nous souhaitons proche.

***************************************************************************

le 27 mars prochain marquera le cinquantième anniversaire de l’accident du pont de l’ Estanguet.

En raison de l’effondrement du pont, la SNCF affiche alors, que « le trafic des voyageurs est suspendu jusqu’à nouvel avis ».

Comme vous le savez, 50 ans plus tard, le trafic n’est toujours pas rétabli !

Afin de revendiquer une nouvelle fois la réouverture de la ligne, le CRÉLOC et la CREFCO vous invitent à participer au rassemblement qui aura lieu le

samedi 28 mars 2020, à 11 h 00, en gare de Bedous.

Voici le programme de la journée

9 h 17   départ du train pour les participants venant de Pau

9 h 53  départ du train pour les participants venant d’Oloron

10 h 23  arrivée en gare de Bedous

10 h 45  accueil de nos amis Espagnols de la CREFCO

11 h 00  rassemblement et discours des « 50 ans »

12 h 00 à 13 h 30  buffet au restaurant « Transhumance & cie » situé dans l’ancien BV de Bedous

13 h 43  départ en direction d’Urdos en empruntant la navette « bus régional »

14 h 00 à 18 h 00  visite des abords de la ligne ( équipez-vous de chaussures de marche, vêtements chauds)

18 h 00  retour vers Bedous à bord de la navette « bus régional »

19 h 13  départ du train ; arrivée à Oloron à 19 h 46 ; arrivée à Pau à 20 h 22

Pour ceux qui souhaiteraient nous rejoindre, voici quelques informations complémentaires:

Le CRÉLOC prendra en charge une partie des frais de restauration.

Une participation de 10€ vous sera demandée lors de l’entrée dans le restaurant.

Pour en faciliter l’organisation, merci de confirmer avant le 18 mars votre présence au repas.

Chaque participant achètera son titre de transport pour le train et le bus.

En cas de mauvais temps, la visite des abords de la ligne sera annulée.

 

Au plaisir de vous compter parmi nous le 28 mars !

En souhaitant que d’ici là, un arrêté gouvernemental ne vienne pas interdire tout rassemblement.

 

La gare de Canfranc: « Le Titanic des Montagnes »

Cela fera bientôt 50 ans…

Pour débuter cette année 2020, le chroniqueur Thierry Sagardoytho a choisi de parler, dans son émission «Affaires Classées» diffusée sur France Bleu Béarn, d’un bien triste accident survenu le 27 mars 1970, en Vallée d’Aspe, au lieu dit « L’Estanguet ».

C’est suite à cet évènement que le CRÉLOC est né, et pour nous, l’affaire n’est pas encore tout à fait classée car comme vous pouvez le constater sur cette photo, « Le Titatic » renaît.

La chronique qui avait pour titre «Le Titanic des Montagnes», a été diffusée en cinq épisodes, du lundi au vendredi; en voici les liens.

Épisode n°1 : Le train fou

Épisode n°2 : A tombeau ouvert !

Épisode n°3 : La mort d’un rêve

Épisode n°4 : Le titanic des montagnes

Épisode n°5 : Le phénix attend

Conférences sur le patrimoine Industriel de Canfranc

Le jeudi 24 octobre 2019, des membres du CRÉLOC étaient présents dans les locaux du Laboratoire souterrain de Canfranc, pour assister à plusieurs exposés concernant les aménagements de la gare. Cette rencontre s'inscrivait dans le cadre du second cycle "Bonnes Pratiques dans le Patrimoine Industriel", organisé par l'Institut du Patrimoine Culturel Espagnol, sous l'autorité du Ministère de la Culture et des Sports.

Objectifs et contenu

Le second cycle de Bonnes Pratiques dans le Patrimoine Industriel vise à contribuer à la diffusion d’exemples pertinents dans la préservation et la réutilisation du patrimoine industriel, dans la gestion de ce patrimoine et dans la création de modèles de régénération de quartiers ou de territoires ayant eu un impact positif. La première édition est née à l’initiative du Plan National de Patrimoine Industriel. Les conférences couvrent l’ensemble du territoire espagnol, sont organisées « in situ » pour faciliter la connexion avec les habitants du cru, et sont enregistrées en vidéo et disponibles sur le site Web des Plans nationaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Programme de cette journée

1/ Discours de bienvenue et présentation

effectués par le maire de Canfranc, Fernando Sánchez Morales, et par les représentantes de la Direction Générale du Patrimoine Culturel.

Ci-joint le fichier audio de leurs interventions (en espagnol - 12 min).

 

 

  2/ La réhabilitation de la Gare Internationale de Canfranc

présenté par Carmelo Bosque Palacín, Directeur Général de l' Urbanisme au Gouvernement d'Aragon.

Voici  le résumé qui accompagnait cette présentation, ainsi que sa traduction.

Ci-joint le fichier audio de l' intervention de Carmelo Bosque Palacín (en Espagnol - 42 min)

 

 

3/ Propositions pour le Musée International du Chemin de fer de Canfranc et des liaisons ferroviaires transpyrénéennes

présenté par Eloy Trujillano Carceller, Mécanicien ferroviaire, membre de l'AZAFT.

Voici  le résumé qui accompagnait cette présentation, ainsi que sa traduction.

Ci-joint le fichier audio de l' intervention d' Eloy Trujillano Carceller (en Espagnol - 42min)

 

 

4/ La Restauration du hall de la gare Internationale de Canfranc

présenté par Ignacio Mustienes Sánchez, professeur titulaire de l’École supérieure de Conservation et de Restauration des biens culturels d’Aragon.

Voici  le résumé qui accompagnait cette présentation, ainsi que sa traduction.

Ci-joint le fichier audio de l' intervention d' Ignacio Mustienes Sánchez (en espagnol - 57 min)

 

5/ Visite de la Gare, du Vestibule et des zones en cours de réhabilitation

Nous nous sommes ensuite rendu dans le vestibule de la gare ainsi que sur le chantier de rénovation pour constater l'avancée des travaux. Une visite guidée de la collection des matériels de l'AZAFT présents à Canfranc été prévue dans le programme; hélas les fortes pluies des jours précédents en avaient rendu l'accès impraticable.
Voici quelques images de la visite.

 

Rassemblement du 14 juillet 2019, à Canfranc

En ce jour de fête nationale, les membres du CRÉLOC ont traversé la frontière pour rejoindre leurs collègues espagnols de la CREFCO qui organisaient un rassemblement, comme cela se fait depuis déjà 26 ans, pour revendiquer la réouverture de la ligne internationale Pau-Canfranc-Saragosse. (cette manifestation a toujours lieu le dimanche le plus proche du 18 juillet, jour anniversaire de l'inauguration de la ligne en 1928)

Ce regroupement se double chaque année, d'une animation au thème différent: musique,peinture,poésie,etc...

Cette année, nos amis de la CREFCO avaient prévu de mettre en avant la Nature. Le train qui partait de Saragosse pour rejoindre Canfranc s'intitulait donc " El tren de la naturaleza" (le train de la nature)

La journée s'organisait ainsi:

- voyage en train de Saragosse à Canfranc, avec les commentaires d'experts sur l'environnement traversé

- acte revendicatif et prises de parole devant la gare de Canfranc

- randonnée nature sur le Chemin de Saint-Jacques entre Canfranc et Villanua

- ou repas à Canfranc pour les moins en jambes

En voici quelques images.

et si vous voulez entrer dans l'ambiance, vous trouverez ci-dessous quelques extraits animés et sonores de la manifestation.

Photos : Jesús Crusellas,  Tomás Funes Monge,  Raúl Gracia Garasa,  Luis Granell,  Gérard Lopez