Les TER aussi sont confinés

Nous l’avons appris en fin de semaine dernière : l’offre des TER va être réduite en cette nouvelle période de confinement.

Nous sommes, au CRÉLOC, un peu surpris, puisque la Région avait demandé le maintien des circulations, notamment parce que les conditions de ce nouveau confinement sont radicalement différentes de celui du printemps. Les écoles, collèges et lycées sont restés ouverts, cette fois, et les Français sont appelés à travailler « normalement » lorsqu’ils peuvent.

Il va de soi que cette annonce ne nous fait pas spécialement plaisir, au CRÉLOC.

Mais nous devons relever que, cette fois, l’information circule bien mieux et par anticipation.

Les fiches horaires « adaptées » qui ont été diffusées :

À suivre…

Le Comité de lignes Béarn du 3 novembre 2020

Le 3 novembre 2020, c'est par visio-conférence que s'est tenu l'édition 2020 du Comité de ligne Béarn, pour cause de pandémie.

Cela a obligé tout le monde à s'adapter, et cela a notablement modifié le rythme de la réunion. Pas question de poser les questions en direct ; il fallait s'inscrire et la Région choisissait les questions retenues qui auraient réponse en direct. Pas très satisfaisant, bien sûr !

La Région Nouvelle-Aquitaine vous permet de revoir la conférence et d'accéder à quelques documents qui nous ont été présentés. Si vous voulez y accéder, c'est ICI !

La presse a, bien entendu, commenté cette réunion, que ce soit La République des Pyrénées, Sud Ouest ou le site d'information aqui.fr.

Ce même site aqui.fr donne la parole au vice-président de la Région en charge des transports, M. Renaud Lagrave.

Le CRÉLOC publiera, dans quelques jours ses remarques et commentaires à propos de cette réunion.

Le CRÉLOC est devenu sociétaire

Le printemps, même confiné, n’a pas empêché les projets ferroviaires de toutes natures de fleurir.
Ainsi, nous avons appris qu’une société coopérative – Railcoop ! – voyait le jour pour relancer les circulations ferroviaires fret et voyageurs entre Bordeaux et Lyon à l’horizon 2022.

De nombreuses associations – comme le CRÉLOC – ont été sollicitées, directement ou pas, pour participer à l’aventure.
Et, comme le président Alain Cazenave-Piarrot l’a indiqué dans son rapport moral, le 10 octobre dernier, le Conseil d’Administration du CRÉLOC a décidé, dans sa réunion du 9 juillet 2020 de prendre une part sociale, pour la somme de 100 €. Participation symbolique, bien sûr, mais qui dit assez notre intérêt pour des initiatives de ce type.

L’acquisition de la part sociale a été finalisée le 15 septembre 2020.
Pour en savoir plus sur cette coopérative et son projet, un seul clic sur le logo ci-dessous !

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de ce dossier emblématique.

Non, elle n’est pas abandonnée !

Voici un mois environ, nous étions inquiets de voir que les abords de la voie entre Oloron et Bedous n'étaient absolument pas traités. Nous parlions même d'abandon, c'est dire !

Il faut croire que nous avons été entendu puisque depuis le début de ce mois de novembre, les engins et les hommes s'affairent du côté de la tranchée du Ticoulet et des Sablas.

Les photos qui illustrent le diaporama ci-dessous ont été prises les 5 et 10 novembre 2020. D'autres devraient suivre... au fur et à mesure des travaux.

Espérons que nous ne devrons pas, chaque année, attendre l'automne pour voir ce type de travaux, en Aspe comme sur l'ensemble de la ligne.

Parce que les impacts négatifs de cette gestion auront des répercussions

  • sur l'image de l'infrastructure, dans le paysage de la vallée d'Aspe notamment ;
  • sur la gestion des aléas climatiques (moins les abords sont entretenus, plus les risques de rupture de circulations sont accentués) ;
  • sur la qualité de la plate-forme.

Allons, pour cette année 2020, nous pouvons constater avec beaucoup de satisfaction que la ligne Pau-Oloron-Bedous n'est pas abandonnée !

De nouvelles livrées

Jusqu'à présent, les autorails 73500 Pau-Bedous circulaient majoritairement avec le pelliculage des anciennes régions du Limousin et de Charente Poitou.

Depuis juillet, les premiers 73500 avec la livrée de la Région Nouvelle Aquitaine circulent sur notre ligne.

Espérons que la qualité de la ligne et ces rames flamboyantes seront des atouts supplémentairse pour que la clientèle monte en nombre à bord du TER Pau-Oloron-Bedous !

Fin des travaux Oloron-Bedous !

Vous ne rêvez pas ! Nous parlons bien des travaux du retour du train en Aspe, qui datent déjà de juin 2016. Ils ont – enfin !!! – vu leur achèvement par le traitement des abords de la voie ferrée à Pont-Suzon.

C'est fin octobre que les ouvriers ont posé grilles et glissières... en oubliant un petit panneau (rien de grave, heureusement !)

 

Les vues ont été prises les 29 octobre et 5 novembre 2020.

Assemblée générale 2020 – suite

En ce 10 octobre 2020, c’est une ambiance automnale qui a accueilli en gare de Bedous les adhérents du CRÉLOC qui ont participé à notre AG (photo François Rebillard)

Après que chaque participant ait émargé la liste à disposition, l’Assemblée générale a débuté par la lecture du mot que nous a transmis – via son voisin, Noël – Marie, l’épouse d’André Cazetien, l’un des plus anciens et fervent défenseur du Canfranc. Le voici :

« Je viens au nom de mon mari André CAZETIEN excuser son absence à votre A.G du samedi 10 octobre 2020 pour raisons de santé. Après une longue hospitalisation (fracture du bras gauche) et des complications, il a été admis à la maison de retraite de Mourenx. Je lui ai apporté avant-hier votre important bulletin de liaison qu’il a feuilleté car il n’y voit plus guère à 97 ans. Je lui lirai des passages au fur et à mesure des visites très limitées en raison du Covid.
Il me charge de vous féliciter pour votre gros travail et de vous encourager pour continuer votre combat. Il va mieux mais a du mal à retrouver sa pleine forme.
En attendant, je me joins à lui pour vous envoyer notre plus amical souvenir. »
Marie et André Cazetien

 

La réunion s’est tenue dans une des salles du château Fénart, où, comme vous pouvez le constater, les contraintes sanitaires ont été respectées (photo Irek Tobor)

 

 

 

Le lieu de réunion a permis aux participants d’assister au passage du TER Bedous-Pau de 12 h 31 qui sortait de la brume (photo François Rebillard)

 

 

 

Signe d’abandon ?

Le titre de cet article est volontairement fort !

Cela fait des années – pour ne pas dire depuis le retour du train en vallée d'Aspe ! – que le CRÉLOC regrette le manque d'entretien des abords de la voie, entre Pau et Bedous. Le Président du CRÉLOC avait même eu une formule pour résumer notre sentiment à tous : « C'est l'autorail qui sert d'épareuse ! » Et il 'y a pas que nous qui déplorons cet état de fait ; nombre d'usagers, occasionnels ou pas, s'en plaignent aussi

Un petit reportage réalisé le 29 septembre 2020 suffit à l'illustrer. Jugez-en par vous-mêmes !

Tant du côté de Pont-Suzon...

... que du côté des Sablas.

Assemblée générale 2020

Comme nous vous l’avions annoncé, c’est bien le samedi 10 octobre à 11 h que notre association tiendra sa traditionnelle assemblée générale.

Mais… car en ces temps pandémiques, il y a un « mais », cela se fera in fine au Château Fénart, à Bedous, et non à la mairie comme prévu initialement.

La jauge est forcément revue à la baisse, pour tenir compte des prescriptions sanitaires. L’accès à la salle de réunion sera strictement réservé aux adhérents à jour de cotisation et qui auront pris la peine de se signaler auprès du secrétaire du CRÉLOC, Jean-Luc Palacio.

Les adhérents disposant d’une adresse électronique connue ont d’ores et déjà reçu la convocation et, le cas échéant, le bulletin d’adhésion pour se mettre à jour et pouvoir participer aux votes. Les quelques adhérents ne possédant pas d’adresse électronique connue vont devoir attendre le prochain passage du courrier [cet article est publié le 4 octobre 2020].

Nous devons, d’autre part, quelques excuses pour ce retard lié tout à la fois à l’incertitude sanitaire et à des soucis d’impression de la nouvelle Lettre d’automne du CRÉLOC.

Dans la revue « Pyrénées »

Dans son numéro 283 (juillet-août 2020), la revue « Pyrénées » – éditée par les Amis du Musée de Lourdes –, a publié un article signé Alain Cazenave-Piarrot (préparé collectivement par le Conseil d’administration du CRÉLOC).

Avec l’aimable autorisation de la revue –que nous remercions fort chaleureusement ! –, nous vous proposons d’en prendre connaissance dans sa version officielle en cliquant ici ! Bonne lecture !!!

Et si vous voulez en savoir plus sur la revue Pyrénées, rien de plus simple : cliquez là !

En attendant, nous vous offrons la Une de ce numéro :

Maintenance de la ligne entre Pau et Bedous

Quatre ans après la reprise des circulations entre Oloron et Bedous, le trafic n’a pas consolidé tous ses objectifs.

Il est vrai que de nombreux mouvements sociaux, dont ceux de décembre 2019/janvier 2020, et la crise sanitaire de la Covid 19, n’ont pas favorisé un flux croissant de voyageurs, même si les vacances, surtout celles d’été, garantissent une fréquentation touristique indéniable.

Il n’en demeure pas moins qu’au plan commercial, Oloron–Bedous dispose d’une marge de progression certaine. Peut mieux faire, pourrait-on ainsi sermonner l’exploitant !

Pourtant, au plan technique, la ligne entre Pau et Bedous n’est en rien négligée, comme le prouvent les trains de SNCF–Infra encore récemment engagés.

Durant le mois de juin 2020, nous avons ainsi aperçu :

a/ un convoi de 10 wagons-trémies transportant du ballast et encadrés par 2 BB 69000.

Ces locomotives diésel datent des années 1960. Elles ont été transformées au début des années 2000, essentiellement pour les besoins de l’Infra SNCF, pour l’ entretien de la voie.

 

 

 

b/ un train désherbeur, circulant à une vitesse de 25 km/h de moyenne, et qui ce jour là était composé :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

de 2 BB 69000,

 

 

 

 

 

 

 

 

d’un wagon-désherbeur, avec sa cabine, ses buses latérales et orientables pour asperger la voie et ses abords, et ses lances manuelles pour épandre au plus loin

 

 

 

 

 

 

et d’une citerne de produit désherbant (58 m3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c/ l’automoteur UFM160, propriété de la filiale de la SNCF Eurailscout. Derrière ce nom ésotérique,  se cache tout simplement une machine chargée de vérifier la géométrie de la voie (écartement des rails, dévers/inclinaison, …). Pour les initiés, c’est un Mauzin nouvelle génération.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous ces travaux avaient ils pour but de préparer le terrain ?

Jusqu’à présent, les autorails 73500 Pau-Bedous circulaient majoritairement avec le pelliculage des anciennes régions du Limousin et de Charente Poitou.

Depuis juillet, les premiers 73500 avec la livrée de la Région Nouvelle Aquitaine circulent sur notre ligne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espérons que la qualité de la ligne sera un atout supplémentaire pour que la clientèle monte en nombre à bord du TER BÉARN !

Après le train, prenez le vélo !

Un nouveau moyen de déplacement est à votre disposition lorsque vous descendez du train que ce soit à Oloron-Sainte-Marie ou à Bedous ( mais aussi à Bidos et à Ogeu-les-bains).

A Oloron,

depuis fin juin, la commune d’Oloron-Sainte-Marie a mis en service 6 VAE (Vélos à Assistance Electrique) que vous trouverez dans un abri situé en face de la sortie de la gare.

Lien pour connaître les modalités d’utilisation

 

et à Bedous,

depuis le 30 juillet 2020, c’est la CCHB (Communauté de Communes du Haut-Béarn) qui a installé 8 VAE, face au restaurant «Transhumance & cie», situé dans l’ancien bâtiment voyageur de Bedous.

 Lien pour connaître les modalités d’utilisation

De belles balades en perspective et un bel exemple d’intermodalité !