Une journée au marché de Bedous

Les longues journées ensoleillées d’été incitent au voyage.

Pas la peine d’aller bien loin; depuis le retour du train en vallée d’Aspe en juillet 2016, une nouvelle destination est au goût du jour en Béarn: le marché du jeudi de Bedous.

En voici la preuve.

 

 

Rassemblement du 14 juillet 2019, à Canfranc

En ce jour de fête nationale, les membres du CRÉLOC ont traversé la frontière pour rejoindre leurs collègues espagnols de la CREFCO qui organisaient un rassemblement, comme cela se fait depuis déjà 26 ans, pour revendiquer la réouverture de la ligne internationale Pau-Canfranc-Saragosse. (cette manifestation a toujours lieu le dimanche le plus proche du 18 juillet, jour anniversaire de l'inauguration de la ligne en 1928)

Ce regroupement se double chaque année, d'une animation au thème différent: musique,peinture,poésie,etc...

Cette année, nos amis de la CREFCO avaient prévu de mettre en avant la Nature. Le train qui partait de Saragosse pour rejoindre Canfranc s'intitulait donc " El tren de la naturaleza" (le train de la nature)

La journée s'organisait ainsi:

- voyage en train de Saragosse à Canfranc, avec les commentaires d'experts sur l'environnement traversé

- acte revendicatif et prises de parole devant la gare de Canfranc

- randonnée nature sur le Chemin de Saint-Jacques entre Canfranc et Villanua

- ou repas à Canfranc pour les moins en jambes

En voici quelques images.

et si vous voulez entrer dans l'ambiance, vous trouverez ci-dessous quelques extraits animés et sonores de la manifestation.

Photos : Jesús Crusellas,  Tomás Funes Monge,  Raúl Gracia Garasa,  Luis Granell,  Gérard Lopez

Vérification de la ligne entre Pau et Bedous

De temps en temps, il faut vérifier l’état de la ligne entre Pau et Bedous

Le 19 juin 2019, la ligne 63  Pau-Canfranc (qui deviendra la ligne 55 en juillet) a eu droit, entre Pau et Bedous, à la visite de l’autorail VIGIRAIL ESV 702 chargé de contrôler la géométrie de la voie.

Prévenus à l’avance, les photographes du CRÉLOC étaient sur le pont pour saisir cet événement rare, mais ils ne s’attendaient pas à voir passer l’autorail VIGIRAIL, car en 2016, peu avant la réouverture de la ligne entre Oloron et Bedous, ils avaient eu droit à « la voiture Mauzin« .

Voici quelques clichés réalisés lors de son passage…

 

sur le viaduc d’Oloron-Sainte-Marie

 

 

au PN33 (fronton d’Oloron)

 

 

au PN34 (giratoire Messier)

 

 

au nouveau pont-rail de Pont-Suzon

 

 

et enfin, après l’ancien PN55 de Pont-Suzon.

 

La pendule est de retour en gare de Bedous

Une  idée a germé dans l’esprit de trois passionnés de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse.

Réimplanter l’horloge qui se trouvait sur la façade de l’ancien bâtiment voyageur de la gare de Bedous.

Pour cela, ils ont récupéré l’ancien châssis, et, avec un bout de tôle,

 

beaucoup de patience et du doigté,

 

et après des tests de mise en place,

 

ils sont arrivé au résultat suivant.

 

Encore quelques détails techniques à peaufiner et vous pourrez bientôt l’admirer, dès que l’aménagement de l’ancienne gare sera terminé et que « Transhumance & cie » aura ouvert ses portes.

Bravo à André, Fabrice et Jacques pour cette excellente initiative.

Visite préfectorale au tunnel de Sayerce

Le Préfet en visite sur la ligne Pau-Canfranc-Saragosse

Les tunnel hélicoïdaux sont rares. En vallée d’Aspe, nous avons la chance d’en posséder un : le tunnel de Sayerce. Ce mardi 22 janvier 2019, à l’invitation du CRÉLOC, le Préfet des Pyrénées-Atlantiques, M. Gilbert Payet, et le Sous-Préfet d’Oloron-Sainte-Marie, M. Christophe Pécate, l’ont visité.

 

Rendez-vous était pris pour 9 h 30, au pied du Viaduc d’Arnousse,

 

où, avant d’entamer la montée vers le haut de l’ouvrage, un exemplaire du livre de Régine Péhau-Gerbet, « Le Transpyrénéen en Vallée d’Aspe »  a été offert à chacun des représentants de l’État.

 

M. le Préfet et M. le Sous-Préfet ont apprécié le point de vue

 

avant d’être rejoints par les membres du CRÉLOC, ainsi que par les médias présents.

 

D’un pas décidé, dans la neige fraîchement tombée,

 

nous nous sommes dirigés vers l’entrée sud du tunnel de Sayerce,

 

où M. le Préfet est arrivé le premier.

 

Les techniciens du CRÉLOC ont alors démontré que, contrairement à certaines rumeurs malveillantes qui circulent, les wagons ne pouvaient pas se bloquer dans ce tunnel hélicoïdal, documentation à l’appui.

 

À mi-parcours, les lampes ont été éteintes et plus un mot n’a été prononcé, afin d’apprécier le silence et le noir absolu.

 

Après 40 minutes de trajet, le bout du tunnel est apparu,

 

 et nous avons alors pu vérifier que personne ne manquait à l’appel.

 

 

Voici le commentaire du président du CRÉLOC, Alain Cazenave-Piarrot, après cette visite du tunnel de Sayerce

Au viaduc d’Arnousse, en haute vallée d’Aspe, le mardi 22 janvier à 9 heures 30, règne une animation inhabituelle avec une dizaine de personnes réunies. À l’invitation du CRÉLOC (Comité pour la réouverture de la ligne Oloron-Canfranc), alter ego de la CREFCO (Coordinadora por la reapertura de la linea Canfranc-Oloron), le Préfet des Pyrénées Atlantiques, M. Gilbert Payet, et le Sous-Préfet d’Oloron-Sainte-Marie, M. Christophe Pécate visitent le tunnel hélicoïdal de Sayerce. Ils sont accompagnés de représentant des médias français et aragonais.

Le but de l’invitation est de montrer la parfaite opérabilité du tunnel pour faire passer tous les types de trains, tant voyageurs que de fret, dans la boucle de 1 793 mètres que décrit le tunnel de Sayerce. Dans la partie haute montagne du Canfranc, grâce à la boucle et aux rampes de 3,4 %, il est ainsi possible de rattraper 61,33 mètres. de dénivelé. Le CRÉLOC a démontré, documentation à l’appui, qu’il est possible de faire passer tout type de wagons et de voitures, y compris les conteneurs dans le tunnel de Sayerce. Le CRÉLOC entendait ainsi faire taire les rumeurs malveillantes, colportées par les détracteurs de la réouverture qui font courir le bruit que les wagons se coinceraient dans la courbe. Il n’empêche que les études préalables au projet de réouverture sont terminées, l’emprise de la voie dûment débroussaillée, les sondages de solidité effectués sur les 33 km entre Bedous et Canfranc.

Pour le CRÉLOC la visite des deux représentants de l’État sur le versant nord des Pyrénées revêt une importance capitale dans le processus de décision. Dans l’alignement des institutions qui financeront la réouverture seul Paris ne s’était pas engagé alors que Bruxelles (Union européenne), Bordeaux (Nouvelle-Aquitaine), Saragosse (Aragon) et Madrid, assuraient une part de financement. Avec une telle visite, nous savons que l’information va atteindre les sphères de décisions du gouvernement français. Le processus de réouverture connaît ainsi une impulsion accrue ; c’est une bonne nouvelle pour le Canfranc !

 

Les médias en parlent

La République des Pyrénées – Le Préfet veut pousser pour mettre la ligne Oloron-Canfranc sur les rails

Sud Ouest – Ouvrir les yeux sur la voie

Heraldo de Aragon

FR3 Pau Sud-Aquitaine

Chantier de debroussaillage entre Bedous et Canfranc

Chantiers de débroussaillage, sondages géotechniques et levés topographiques entre Bedous et Canfranc .

30 Novembre 2018

Si vous passez en haute Vallée d’Aspe, vous remarquerez un petit changement; les rails sont à nouveau visibles entre Bedous et Canfranc, plus précisément entre Bedous et l’entrée du tunnel ferroviaire du Somport, aux Forges d’Abel.

En cette année 2018, des travaux de débroussaillage/abattage ont  eu lieu.

Tout d’abord entre début janvier et mi-mars pour une première tranche, puis entre mi-août et fin octobre pour la seconde. La période d’interruption était liée à des enjeux environnementaux:

– pas de travaux bruyants entre mars et septembre en raison de la présence d’aires de nidification du Gypaète barbu et du Vautour percnoptère

– mesures particulières pour les zones avec espèces protégées (faune et flore : Aigremoine élevée, Oeillet superbe, Orpin de Nice, Brillante minuscule, Clausilie basque, Hélice de Navarre, Azuré du serpolet, Maillot d’Aspe)

Ces travaux de nettoyage  entre Bedous et Canfranc ont ensuite permis d’effectuer l’inspection détaillée des ouvrages ainsi que des sondages géotechniques et des levès topographiques (levé topo principal par survol d’hélicoptère et levés complémentaires par méthode classique). A noter que le levé par voie aerienne a également concerné le tronçon Pau-Bedous.

Ces investigations techniques sont le préalable à l’étude d’avant-projet ( AVP) pour la conception du tronçon Pau-Somport. Elles font parti d’un programme d’études de 14,7M€ qui permettra de lancer la phase d’enquête publique et de travaux pour la réouverture de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse. Ces études sont financées à 50% par l’Union Européenne au titre du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE).

Ci-dessous, quelques images de ces opérations. Bon visionnage !

Vidéo 1 : Tronçon Gare de Bedous => Gare de Lescun-Cette-Eygun

 

Vidéo 2 : Tronçon  Gare de Lescun-Cette-Eygun => Gare d’Urdos

 

Vidéo 3 : Tronçon  Gare d’Urdos => Forges d’Abel – entrée du Tunnel International du Somport

Pau-Canfranc-Saragosse : Du nouveau à « L’Estanguet »

Le 27 mars dernier, 48 ans après le déraillement du train au Pont de l’Estanguet, la végétation avait pris ses aises autour du lieu de l’accident.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais, ces jours ci, des travaux d’abattage et de débroussaillage sont réalisés par l’ONF afin de permettre la vérification de l’état de la plateforme et des ouvrages d’art.

Ces travaux entre Bedous et Les Forges d’ Abel, permettront de compléter les « Etudes pour la réhabilitation du tronçon ferroviaire transfrontalier entre Pau-Saragosse » qui sont en cours, cofinancées par l’Union Européenne.

Et le 21 septembre 2018, le panorama s’est enfin dégagé, permettant d’observer à nouveau les fondations du pont écroulé.

Que ce soit depuis la culée sud ( côté Canfranc),

ou depuis la culée Nord (côté Bedous)

Aussitôt le nettoyage de la zone terminé, les sondeurs ont pris possession du terrain.

Ci-dessous, vous pouvez visionner deux vidéos tournées à deux jours d’intervalle.

Des images qu’aurait aimé voir Bernard (Barrère), récemment disparu, ainsi que tous les membres du CRELOC qui nous ont précédemment quittés, Alain, Charles, Jean, Jean, René, Robert, Yvan, Yvon, sans oublier nos amis de la CREFCO qu’étaient Rosa et Santiago  !!!

Nos trains sont en danger

La FNAUT a lancé une pétition en ligne.

le CRÉLOC vous invite à la signer !

Nos trains sont une richesse nationale

Notre réseau ferré était l’un des plus performants du monde. Malgré l’explosion de l’usage de l’automobile et le développement du transport aérien, le rail avait su opérer un formidable renouveau en progressant dans tous les domaines :
vitesse et confort (nouveaux matériels Corail, TGV et TER),
desserte des zones urbaines (notamment en Île de France),
sécurité (faible taux d’accidents) et environnement (nuisances marginales).

Mais aujourd’hui ils sont en danger

lire la suite

Refuser…

La DUT, une association amie, que le CRÉLOC retrouve régulièrement, a lancé une pétition pour recueillir un maximum de signatures en faveur du mythique train de nuit Pau-Paris « La Palombe bleue ». Le gouvernement a décidé de son arrêt au 1er juillet 2017.

Si vous aussi vous voulez empêcher cette nouvelle fermeture, signez et faites signer !!!

Le dossier européen

Le 30 janvier dernier, le groupe quadripartite (Espagne, France, Aragon, Nouvelle Aquitaine) s’est réuni à Bordeaux. Ce qu’il n’avait pas fait depuis 2 ans. À l’ordre du jour de cette réunion, la finalisation du dossier qui devait être déposé le 7 février auprès de l’Union Européenne.

Comme vous pourrez le constater, les parties prenantes s’engagent et portent conjointement ce dossier. L’effort financier de l’Union Européenne est sollicité pour 50 % du financement des études nécessaires et préalables au lancement des enquêtes publiques et travaux de réouverture complète de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse.

Le CRÉLOC a exprimé sa joie, vous vous en doutez, même si nous sommes surpris par le calendrier qui a été retenu.

Attendons maintenant la réponse de Bruxelles…

Pour en savoir plus :

* http://www.aragonhoy.net/index.php/mod.noticias/mem.detalle/id.193276

* http://www.aragonhoy.net/index.php/mod.noticias/mem.detalle/relmenu.48/id.193844

* https://www.nouvelle-aquitaine.fr/toutes-actualites/nouvelle-etape-pour-ligne-ferroviaire-pau-canfranc.html

La journée d’étude du CRÉLOC, le 11 janvier 2017

Alain Cazenave-Piarrot, président d’honneur du CRÉLOC,  M. Mohamed Amara, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, Jean-Luc Palacio, président du CRÉLOC, M. Jean-Paul Brin, adjoint au maire de Pau, Michel Rodes, modérateur (CRÉLOC)

L’Université nous accueille avec grand plaisir pour cette journée d’étude. Le Canfranc a pour objet de développer les relations entre deux villes – Pau et Saragosse – dont les relations, déjà anciennes, ne demandent qu’à être renforcées. M. Amara ne doute pas que cela profitera également aux relations entretenues par les deux Universités des villes jumelées.

M. Jean-Paul Brin, adjoint au maire de Pau, après avoir excusé l’absence de M. Bayrou, nous rappelle que la ville de Pau est, de longue date, favorable à la réouverture de la ligne internationale Pau-Canfranc-Saragosse. Pour Pau comme pour notre région, la réouverture complète apporterait, il n’en doute pas, de nombreux échanges dans des domaines aussi divers que l’économie (dans toutes ses composantes), le tourisme, la culture, les savoirs…

M. Brin précise que la ville de Pau et l’Agglomération Pau Béarn Pyrénées vont mettre en place une direction de l’Éco-tourisme, qui aura à s’intéresser à la ligne internationale du Canfranc et à sa réouverture.

Après ces entrées en matière, et la présentation du programme, la journée démarre avec la conférence inaugurale sur le thème « Quelle politique des transports pour la France dans le cadre européen ? », par Christian Broucaret, Vice-Président de la FNAUT.