Le PN 24 va disparaître

Le PN 24, à Herrère, va disparaître !

Elle était annoncé depuis longtemps : la suppression du PN 24 sur la RN 134, à Herrère, va disparaître dans les prochaines semaines !

C’est en tout cas ce que laisse présager le piquetage qui a été réalisé sur le terrain à la mi-décembre. L’ami Gérard Lopez s’est rendu sur place pour marquer la pellicule et nous en faire profiter.

8 millions d’euros vont être investis par l’État pour supprimer le PN 24 d’Herrère. Au-delà de la sécurisation de la RN 134, ce lourd engagement financier témoigne – si besoin était – de l’avenir certain de la ligne Pau-Oloron-Canfranc-Saragosse. Engagement encore réaffirmé le 1er décembre dernier à Canfranc.

On se souvient que lorsque M. Dominique Bussereau était secrétaire d’État aux Transports du gouvernement Fillon (du 18 mai 2007 au 13 novembre 2010), il avait proposé un plan de sécurisation des passages à niveau (PN). Ce plan avait été arrêté après un nouvel accident entre un TER et un bus scolaire.

Si vous souhaitez prolonger vos recherches, voici deux liens :

Nous n’avons pas, pour l’instant, de date précise quant au démarrage des travaux. Mais il est fort probable que cela sera en début d’année.

Lorsqu’ils seront terminés, voici (ci-dessous) à quoi ressemblera le secteur. Gérard a reporté, sur ce plan des travaux (publié voici quelques temps, dans la République des Pyrénées), l’endroit à partir duquel il a pris les deux clichés ci-dessus (pastille rouge). Les croix marquent les directions vers lesquelles il a braqué son objectif.

À la recherche d’idées ?

Cette question pourrait tout à fait s’appliquer à la période d’études qui s’ouvre, en prévision de la réouverture complète du Canfranc. Mais le temps n’est pas encore venu.

Aujourd’hui, en ces temps de fête de fin d’année, si vous êtes à la recherche d’idées de cadeaux « utiles », nous vous proposons de découvrir deux romans qui ont pour protagoniste le Canfranc.

Il y a d’abord – « À tout seigneur, tout honneur ! » – le roman écrit par Régine Péhau-Gerbet, « La Maîtresse des Forges ». Voici la présentation qu’en fait son éditrice :

« Septembre 1911. Le hameau des Forges d’Abel en vallée d’Aspe vit au rythme du chantier ferroviaire transpyrénéen. C’est en fait un village éphémère, voué à disparaître à la fin des travaux. Entrepreneurs et ingénieurs côtoient ouvriers et manœuvres – pour la plupart aragonais. On ne se mélange pas. La vie s’est organisée, tant au pueblo qu’au “Bois”, le quartier chic. Haute en couleurs parfois, elles est rude à l’image du climat.
Anna, jeune institutrice paloise est envoyée dans ce bout du monde pour tenir l’école des filles.
Réussira-t-elle à imposer ses vues sur l’instruction à dispenser aux filles – à toutes les filles ? Au milieu de ces gens à la vie soit cossue soit précaire, mais tous en instance de départ, quels seront ses propres choix de vie ?
À cette époque, nombreux sont les habitants des vallées pyrénéennes tentés par l’émigration en Amérique, et justement son amie Diane est installée au Mexique…
Pour Anna, tout commence par la disparition de sa boucle d’oreille… »

Le second ouvrage que nous vous présentons est écrit par la traduction d’un livre édité en Espagne, « Dernier train pour Canfranc, de Rosario Raro. Voici ce qu’en dit son éditeur français :

« Mars 1943. Accroupis dans une pièce secrète de la gare, les clandestins retiennent leur souffle en attendant que le bruit des bottes des soldats allemands s’éloigne. Au-dessus d’eux flotte le drapeau orné de la croix gammée. Au plus profond de cette époque sombre, Laurent Juste, le chef de gare breton, son amie Jana et le contrebandier Esteve Durandarte risquent tous les jours leur vie pour sauver des innocents, en leur faisant franchir la frontière franco-espagnole sur laquelle se dresse la gare mythique de Canfranc…
Basé sur l’histoire vraie d’Albert Le Lay qui, en véritable Oskar Schindler français, a permis à des centaines de réfugiés d’atteindre la liberté, le premier roman de Rosario Raro nous plonge au cœur de ces années noires où l’humanité et la compassion semblaient une denrée si rare.
Traduit de l’espagnol par Carole Condesalazar »

Pour l’un comme l’autre, on se laisse rapidement prendre par les histoires racontées et ce d’autant plus facilement que les auteures s’appuient sur de solides bases historiques et une parfaite connaissance de leur sujet. Sans oublier l’essentiel : une belle plumes !

À consommer et à faire consommer sans modération !!!

  • Régine Péhau-Gerbet, La Maîtresse des Forges, 2017, éditions MonHélios, 256 p., 19 €
  • Rosario Raro, Dernier train pour Canfranc, 2017, éditions kero, 400 p.s, 20,90 €

1er décembre 2017, Canfranc, date historique !

Le 1er décembre 2017 à Canfranc est et restera, pour les promoteurs de la réouverture, une date historique !

Le panneau sur lequel toutes les parties prenantes du dossier ont apposées leurs signatures

En effet, c’est ce jour-là que Canfranc a reçu les présidents des régions Aragon et Nouvelle Aquitaine, MM Javier Lambán et Alain Rousset, et M. Herald Ruijters, directeur Transport innovant et durable à la Commission Européenne. Ils étaient accompagnés de M. Alain Autruffe, directeur régionale de SNCF Réseau, ainsi que de M. Jorge Ballesteros Sánchez, sous-directeur de la planification et des projets du Ministère de l’Équipement.

MM José Luis Soro et Bernard Uthurry, et M. Luc Federman, directeur général adjoint des Transports, Infrastructures, Mobilités et Environnement du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine étaient également du voyage. La CREFCO et le CRÉLOC avaient, eux aussi, répondu à l’invitation des institutions régionales. L’un des représentants du CRÉLOC, Gérard Lopez, en a ramené quelques images rassemblées dans une vidéo.

Tout ce petit monde s’est retrouvé pour apposer de manière officielle leurs signatures à la convention de financement des « Études pour la réhabilitation du tronçon ferroviaire transfrontalier Pau-Saragosse ».

Les signataires de la convention devant la gare de Canfranc. De gauche à droite : Javier Lambán, Herald Ruijters et Alain Rousset

La venue d’un responsable de haut-niveau de la Commission européenne dit assez combien le rétablissement de cet l’ancien maillon ferroviaire du Canfranc est un projet qui compte au niveau européen. Au point que le financement des études n’a pas posé problème. Et que la perspective du financement des travaux, le moment venu, est d’ores et déjà appréhendé de manière tout à fait positive par les autorités de Bruxelles.

Pour en apprendre plus sur le dossier complet des études, nous ne pouvons que vous conseiller de visiter les pages que les institutions régionales consacrent au projet, tant côté espagnol que côté français.

Nous mettons également à votre disposition le dossier de presse diffusé par le gouvernement d’Aragon et le dossier de presse que le Conseil régional de Nouvelle Aquitaine a diffusé de son côté.